Une mutuelle particulièrement
adaptée aux salariés et retraités
des hautes technologies

Dossier thématique « Audition/Dentaire/ Optique »

L'audition

Six millions de malentendants en France, mais un million seulement sont équipés en appareils auditifs. Pourquoi ?
Longtemps, l'audioprothèse a eu mauvaise réputation : disgracieuse, signe apparent d'un vieillissement dur à assumer.
Aujourd'hui, l'aspect psychologique n'est plus le frein principal pour s'équiper, c'est désormais le prix.

Voici ci-après une description de l'audition et de la perte auditive.

Une du dossier

Partagez
ce dossier

Comment perçoit-on les sons ?

L'audition (ou l'ouïe)  met en jeu deux organes principaux : le récepteur, l'oreille, et le cerveau qui interprète les sons. La transformation des ondes sonores en impulsions nerveuses est un mécanisme complexe qui implique trois parties dont les rôles essentiels sont la captation des sons pour l'oreille externe, la transformation des sons en vibrations mécaniques pour l'oreille moyenne et la transformation finale en influx nerveux pour l'oreille interne. Les influx nerveux sont ensuite transmis au nerf auditif qui va les amener aux centres auditifs du cerveau.

 

Quelles peuvent être les causes de la perte auditive?

- Le vieillissement : en vieillissant, les cellules ciliées qui tapissent l'oreille interne disparaissent. Cette surdité, la presbyacousie, est une conséquence naturelle du vieillissement.  Elle concerne 50% des personnes de plus de 65 ans et 60 % des plus de 80 ans.

- Les maladies ou les infections : otites mal soignées ou à répétition, maladie génétique comme l’otospongiose, le neurinome ou encore un virus engendrant une inflammation du nerf auditif ou une obstruction d’artère.

- Les médicaments : certains antibiotiques, un des composés de l’aspirine, un anticancéreux, la quinine et beaucoup d’autres qui, surdosés ou pris trop longuement par des personnes souffrant d’insuffisance rénale ou ayant une prédisposition à la surdité, provoquent des atteintes irréversibles à l’oreille interne.

- Les traumatismes acoustiques : coup, variation brutale de pression, choc, traumatisme sonore unique ou répété.

- Bruit et consommation habituelle de volumes sonores exagérés : en fonction de sa durée, tout bruit supérieur à 90 dB présente un risque potentiel d'endommager l'audition (aspect nocif des lecteurs MP3). L'exposition à des bruits et à des sons de forte intensité peut également provoquer l'apparition d'acouphènes.

Les acouphènes sont des bruits que l’on entend "dans son oreille" ou "dans sa tête", sans qu’ils soient provoqués par un son extérieur. Ces symptômes sont généralement liés au vieillissement de l’oreille.  Il s’agit le plus souvent d’une simple gêne temporaire et occasionnelle, mais elle peut être très incommodante.  En général, ils ont tendance à diminuer avec le temps, car les personnes touchées s’y habituent progressivement ("processus d’habituation").

Quels sont les symptômes de la surdité ?

Le plus souvent, la surdité s’installe petit à petit. La personne touchée ne s’en rend pas toujours compte et c’est le plus souvent l’entourage qui le lui signale.

Quelques signes qui ne trompent pas :

  • Avoir l’impression que les gens articulent mal, ne parlent pas assez clairement.
  • Éprouver des difficultés à suivre des conversations à plusieurs ou dans un environnement bruyant.
  • Ne pas entendre la sonnerie du téléphone.
  • Se faire dire, avec plus ou moins d’agacement, que le volume sonore de sa radio ou de sa télévision est beaucoup trop élevé.
  • Ne pas supporter le bruit.
  • Mal comprendre les interlocuteurs éloignés ou ceux qui ne se trouvent pas face à vous.
  • Avoir des difficultés pour écouter de la musique ou localiser des sons.

Dès les premiers signes de perte auditive, il faut en parler à son médecin traitant. Celui-ci vous orientera ensuite, si besoin, chez un spécialiste (médecin ORL ou audioprothésiste)

Quels sont les degrés de surdité ?

Pour mesurer l’importance de la perte auditive, les surdités sont classées en 5 degrés : :

  • légère : de 21 à 40 dB, la parole est perçue à voix normale, difficilement à voix basse, comme tous les sons faibles ou lointains.
  • moyenne : de 41 à 70 dB, de 1er degré (41 à 50 dB), la parole est entendue si on élève la voix, mais mal comprise. De 2ème degré (51 à 70 dB), la personne comprend mieux si elle regarde son interlocuteur. Quelques bruits familiers sont encore perçus.
  • sévère : de 70 à 90 dB, le handicap est important. Seuls les bruits forts et les voix proches sont perçus.
  • profonde : supérieur à 90 dB, à ce stade, et jusqu’à 120 dB de perte, la parole n’est plus du tout perçue et seuls les bruits très puissants sont entendus sans être nécessairement identifiés.
  • totale : pas d’audition mesurable.

Quelles sont les conséquences de la surdité ?

Perdre l’ouïe place la personne en situation de handicap au-delà de ce qu’on imagine habituellement. Les conséquences d’une perte d’audition peuvent schématiquement être classifiées comme suit :

  • conséquences psychologiques : honte, problèmes de concentration, dépression, faible estime de soi.
  • conséquences physiques : maux de tête, tensions musculaires, stress, hypertension artérielle.
  • conséquences sociales : isolement et problèmes de communication.

 

Comment traiter la surdité ?-> rendez-vous au prochain numéro de notre Lettre (La Lettre 73, parution septembre 2014)

 

Nous contacter

Cliquez ici pour accéder à notre formulaire de contact et à nos coordonnées
Offre particulier
Offre particulier

La MMEI assure la couverture complémentaire santé de 14.500 personnes protégées.

En savoir plus...

122 rue de Javel 75015 Paris
Tél. : 01.56.09.09.74       Email : contact.mmei@mmei.fr